Lalydo's Blog

Lalydo's life

Six Feet Under 5 mai 2010

Six Feet Under

Les Fisher sont une famille d’entrepreneurs de pompes funèbres. A la mort du père, Nathaniel, dans le premier épisode, le fils ainé se voit contraint de faire un choix suite à sa part d’héritage, afin de reprendre l’affaire familiale aux côtés de son frère, David. Leur jeune sœur, Claire, encore au lycée est en pleine crise d’identité face à leur mère Ruth, qui cherche sa nouvelle place de femme et non plus d’épouse dans cette famille endeuillée. La série relate leur quotidien sur 5 années, dans leurs choix, leurs combats, leurs doutes et leurs vies.

Ça y est!!! J’ai enfin vu Six Feet Under, cette série sur laquelle on m’avait fait tant d’éloges… et je ne peux qu’en faire à mon tour tellement elle est géniale!!! J’ai vu les 5 saisons d’un coup et j’avoue que je suis devenue très très accro!

De voir les 5 saisons à la suite et de ne pas les découvrir au fur et à mesure de la diffusion (comme pour Desperate Housewives par exemple) permet de plus s’attacher aux personnages. Ils deviennent comme des amis dont on suivrait la vie et nous deviennent familiers. Encore plus, on éprouve toutes sortes de sentiments envers eux : on les aime, les déteste, ils nous agacent, nous attendrissent mais ne nous laissent jamais insensible. J’avoue que j’ai encore du mal à me séparer d’eux!

Placer l’action dans une entreprise de pompes funèbres, il fallait oser. Chaque épisode débute par une mort, mais rien n’est jamais vulgaire ni choquant. Cette série permet de voir la mort de l’autre côté, d’un angle plus pragmatique. Cela permet pour nous, spectateurs, de prendre également du recul et de relativiser par rapport à la perte d’un être cher. Grâce à eux, on découvre également les us et coutumes de certaines populations, les réactions diverses de chaque famille endeuillée, la manière dont les gens vivent leur deuil. Cela ne tombe jamais dans le larmoyant ni dans le pathétique, bien au contraire. Les autres thèmes abordés tout au long de ces 5 saisons, ne sont pas non plus des sujets faciles : le sexe, la drogue, l’homosexualité, l’adultère… La série cherche à briser des tabous mais toujours avec intelligence.  Confronté à des évènements, des situations parfois dérangeantes, chacun doit faire face à ses propres doutes. Cela permet à chaque personnage de se construire et d’évoluer. C’est là, une des grandes forces de Six Feet Under.

L’autre grande force, c’est cet humour noir. Avec la mort comme sujet principal, Alan Ball aurait pu créer une série sinistre à souhait. Il a choisi de traiter des sujets difficiles avec une touche d’humour noir et beaucoup de justesse. Les scénarios sont extrêmement bien écrit et les acteurs sont d’une justesse incroyable. Ce qui est important dans cette série également, c’est la présence récurrente du père décédé. Il apparait régulièrement aux membres de sa famille surtout quand ceux-ci doutent, doivent prendre une décision… Il permet à chacun d’y voir plus clair et ses apparitions sont toujours drôles. A travers lui, on y voit la réflexion personnelle de chaque personnage et surtout le vide laissé par sa brutale disparition au début de la série.

Les acteurs sont tous géniaux. Ils réussissent à nous faire nous attacher aux personnages, à les aimer, à leur donner de la profondeur et à les faire évoluer. J’ai aimé certains personnages au début qui m’ont complètement agacés à la fin et inversement. Ils sont tous vraiment remarquables.

Malgré quelques petits manquements (enfin pour ma part mais je n’ai pas envie de m’étendre là-dessus), je ne peux que conseiller cette série. Elle est d’une grande qualité et bien qu’elle ait déjà presque 10 ans, elle est très innovante aussi bien sur le fond que sur la forme.  J’ai beaucoup ri, beaucoup pleuré (surtout pendant l’épisode final…)… C’est un véritable bijou et je sais que désormais, je ne peux que la ranger dans ma catégorie : séries préférées!

Six Feet Under (5 saisons)

Années de Production : 2001 – 2005

Pays de production : États Unis

Créateur : Alan Ball

Acteurs : Peter Krause (Nate Fisher) – Michael C. Hall (David Fisher) – Frances Conroy (Ruth Fisher) – Lauren Ambrose (Claire Fisher) – Rachel Griffith (Brenda Chenowith) – Matthew St Patrick (Keith Charles) – Richard Jenkins (Nathaniel Fisher) – Freddy Rodriguez (Frederico Diaz)

Pour découvrir un peu mieux cette série, allez visiter ce site : www.sixfeetunder-france.com

Et retrouvez moi sur Facebook ou sur Hellocoton!

 

Le Jeu de la Mort 19 mars 2010

Mercredi soir, j’ai regardé le documentaire diffusé sur France 2, Le Jeu de la Mort.  Cette émission fait écho à l’expérience réalisée en 1963 à l’université de Yale par le psychologue Milgram, au cours de laquelle des cobayes interrogent un acteur (ce qu’ils ignorent) qui est sensé avoir retenu une liste de mot. Chaque mauvaise réponse doit être sanctionnée d’un choc électrique. Bien entendu, les cris et les décharges sont faux mais  il résulte de cette expérience que 62% des participants continuent le jeu car ils se contentent d’obéir.

image programme-tv.net

Sur ce principe, le documentaire de Christophe Nick veut démontrer les dangers de la télévision, et en particulier de la télé-réalité, en réitérant cette expérience sous forme de jeu télévisé. Les questionneurs, sous l’influence de la présentatrice, sont cette fois 81% à aller jusqu’au bout.

Ce documentaire, largement décortiqué et analysé par des chercheurs et des psychologues, comme Jean-Léon Beauvois, tente de nous démontrer les dérives de la télévision et son influence tout en insistant bien sur la notion d’obéissance, tout comme dans la première expérience de Milgram. On pourra dire que cette émission loin de faire l’unanimité, aura fait couler beaucoup d’encre… J’ai tendance à penser que la télévision qui cherche à cracher dans la soupe en nous montrant les dérives de ce qui la fait vivre, c’est un peu l’hospice qui se fout de la charité… On est en droit de se demander quand s’arrêtera la manipulation… Mais ce n’est pas de ce sujet que je voulais parler ici.

Ce qui est le plus impressionnant, surtout au vu de l’expérience de Milgram qui n’a vraiment rien à voir avec la télévision, c’est de mettre en avant l’obéissance dont peuvent faire preuve certaines personnes dans une situation qui les met en position de bourreaux. Cela ne vous rappelle pas un de mes sujets de lecture privilégiés???

Dans le documentaire, tout tourne autour de la télévision mais ce que j’en ai retenu, ce sont les notions avancées par les psychologues qui interprétaient les comportements des candidats. Ces gens, issus de toutes les couches sociales, se sont retrouvés face à une même situation, qui les éloignaient de leurs valeurs sociales ou même culturelles, et qui les projette seuls, dans une situation inconnue et inhabituelle face à laquelle ils ne savent comment réagir. Il est démontré que par notre éducation et la société dans laquelle nous vivons nous conditionne à une certaine obéissance (à nos parents, aux lois…) et que face à une perte de repères de ces valeurs, l’être humain se retrouve à obéir plus ou moins aveuglement à une autorité qui les rassure (ici la présentatrice qui les encourage sans cesse à continuer). C’est toute l’explication de tous ces actes barbares perpétués sous différentes dictatures! C’était tout l’intérêt de l’émission qui, par  cette expérience, nous démontrait que encore aujourd’hui l’Homme est encore capable de commettre des horreurs. Malheureusement cela n’a pas été assez mis en avant et toute l’émission a tourné autour du thème télévisuel. Ce qui est vraiment dommage car Le Jeu de la Mort aurait pu, pour ma part, avoir cette notion instructive sur un sujet qui me parait, aujourd’hui encore, être primordial (mais là, bien entendu, cela n’engage que moi, hein…). Alors oui, je suis un peu déçue de l’orientation choisie mais j’ai quand même appris énormément et cette émission vient vraiment en prolongement de mes dernières lectures (Le liseur, La vague…), ce qui l’a rendue d’autant plus intéressante!

Je conseille ce documentaire mais pas sous l’aspect dont il nous est présenté… Cela fait longtemps que l’on sait que la télévision nous prend pour des c_ _ _  😉 !!!