Lalydo's Blog

Lalydo's life

Dis moi comment tu lis, je te dirais qui tu es… 25 août 2010

Il ya quelques jours sur le blog Before Sunset, Captain répondait à un tag sur la lecture et proposait à ceux qui le désiraient, d’y répondre. J’ai trouvé ce tag super sympa alors j’ai décidé de participer!

Plutôt corne ou marque-page?
Marque-ta-page (comme dirait Dany Boon)!!! Ca peut varier d’un ticket de caisse au beau marque-page que mon homme m’a offert il y a quelques années. Il représente Droopy au bout d’une tige en plastique que l’on glisse entre les pages pendant que Droopy apparait sur la tranche du livre. Malheureusement mon chat me le vole, alors en ce moment il est rangé bien précieusement… Mais en tous cas, jamais de corne! Mes livres sont trop précieux pour que je leur fasse subir cela!

As-tu déjà reçu un livre en cadeau?
Bien sûr! Ce sont souvent des beaux-livres parlant de mes différents centres d’intérêt : cinéma, photo, Bretagne, plongée…

Lis-tu dans ton bain?
Je l’ai déjà fait… je prends rarement des bains mais lorsque c’est le cas, je préfère emmener un magazine, c’est plus sûr!

As-tu déjà pensé à écrire un livre?
Oui, plus petite j’aimais bien écrire des petites histoires… mais je laisse ce talent à d’autres, ça vaut mieux je crois!

Que penses-tu des séries de plusieurs tomes?
Si cela me plait pourquoi pas? A partir du moment où il y a une fin! J’ai horreur des filons que l’on use jusqu’à la corde sans jamais savoir s’arrêter. J’ai lu Harry Potter, Millenium et ma première saga c’était L’Esprit de Famille de Janine Boissard, sur la vie de 4 ou 5 soeurs de leur adolescence jusqu’à leurs premiers amours, que ma tante m’avait conseillé.

As-tu un livre culte?
Oui et non. Certains m’ont fortement marqués comme L’Alchimiste de Paulo Coelho, Si c’est un Homme de Primo Levi ou encore Le Parfum de Patrick Sünskind. Mais je suis assez curieuse et j’ai encore beaucoup à découvrir!

Aimes-tu relire?
Les livres cités précédemments sont les rares que j’ai relu. J’aime découvrir mais quand le livre m’a vraiment plu je m’autorise une petite relecture… et puis j’ai relu tous les Harry Potter juste avant la sortie du dernier, histoire d’être bien dedans avant le grand dénouement!

Pour ou contre rencontrer les auteurs des livres que l’on a aimés?
Pourquoi pas? Bien je ne saurais pas quoi leur dire… Alors plutôt que de dire des âneries, je préfère éviter en fait!

Aimes-tu parler de tes lectures?
Bof. J’en parle sur le blog parce que ça me permet de donner mes impressions mais quand je me retrouve face à quelqu’un qui a eu les mêmes lectures que moi, ça reste assez superficiel…

Comment choisis-tu tes livres?
Un titre, une quatrième de couverture, un classique, un coup de coeur, une recommandation… il a plein de choses qui font que je vais me tourner vers un livre plus qu’un autre. Le hasard, c’est pas mal aussi!

Une lecture inavouable?
Non, pas vraiment. Je suis assez curieuse, je ne m’interdis rien mais il ya des domaines qui ne m’attirent pas comme l’héroïc-fantasy ou la science-fiction.

Des endroits préférés pour lire?
Bien calée dans mon canapé ou dans mon lit, dans un transat au soleil… le tout est d’être bien installée, ça facilite une bonne lecture!

Un livre idéal pour toi serait…
Un roman qui me fait vibrer et ressentir tout un tas d’émotions, que ce soit du rire, des larmes… Un livre qui marque, qui fait réfléchir..

Télé, jeux-vidéos ou livres?
Je ne regarde pratiquement plus la télé et franchement ça ne me manque pas! J’aime bien de temps en temps me faire un petit jeu sur une console mais rien ne remplace un bon livre.

Lire et manger?
Grignoter plutôt… en mangeant un petit gouter! Mais quand je mange seule, ce serait plutôt un magazine, quelque chose qui ne craint rien!

Lecture en musique, en silence ou peu importe?
Cela dépend de ma lecture. Si c’est quelque chose d’assez léger, je me mets l’iPod sur les oreilles. Sinon, j’aime bien lire dans le silence.

Livre électronique?
Et plus de livre entre les mains??? Non, j’aime trop le contact du papier entre mes doigts!

Es-tu pour le partage des livres ou préfères-tu une bibliothèque séparée de la personne avec qui tu vis?
Alors (et c’est du vécu…) : bibliothèque séparée!!! Je suis très possessive avec mes livres! J’ai du mal à prêter, c’est bête mais mes livres sont des petits joyaux très très précieux pour moi!

As-tu des livres dédicacés?
Oui, un! Un magnifique livre sur les phares, dédicacé par le photographe Philip Plisson him-self!!! Celui-là, j’y tiens!

Tu lis quoi en ce moment?
Le choix de Sophie de William Styron.

Comme Captain, je propose  celui ou celle qui veut y répondre de se faire plaisir… et vous?Vous lisez comment?

Retrouvez moi Sur Facebook ou sur Hellocoton!

 

Il n’y a pas beaucoup d’étoiles ce soir 18 mai 2010

Il n’y a pas beaucoup d’étoiles ce soir de Sylvie Testud

L’actrice Sylvie Testud livre, dans différentes saynètes, des anecdotes sur sa vie de comédienne. On la retrouve en tournage, aux César, achetant du plâtre au BHV…

Après avoir lu Gamines son troisième roman (dans lequel elle livre une part de son enfance), j’ai dévoré avec la même énergie son premier roman. Sylvie Testud nous livre différents moments de sa carrière mais aussi de sa vie avec une franchise, une drôlerie et une vérité tout à fait saisissantes. Pas de faux semblants ni de paillettes pour aborder son métier. Elle se montre sous tous ses aspects : énervée, captivée, voulant donner le meilleur d’elle-même… le tout dans un ton mordant et tellement lucide! Ce roman est un vrai régal, car il est loin d’être dans un style emprunté, bien au contraire. Elle écrit comme elle parle, c’est déjanté, spontané, plein de fraicheur… j’ai adoré!

Loin de se prendre au sérieux et de se raconter de son enfance jusqu’à maintenant, elle aborde l’autobiographie sous forme d’anecdotes de tournages ou de scènes de vie. Elle casse le glamour de son métier en le présentant de la manière la plus simple mais la plus réaliste qui soit!

Ce n’est évidemment pas un grand roman mais plutôt un style. On découvre à travers ce livre (et avec Gamines également), une femme intelligente et bourrée d’auto-dérision. Ce n’est pas donné à toutes les actrices de se montrer sous un mauvais angle et d’en parler aussi librement! Elle parle avec le cœur et nous fait ainsi, partager sa passion.

J’ai aimé découvrir cet aspect de l’actrice. Car finalement, Sylvie Testud, je ne la connais pas tant que ça. Je saurais citer quelques films mais sans plus… Du coup, j’ai envie de me plonger dans la filmographie de cette jeune femme. J’ai vu l’envers du décor, j’aimerais bien en voir l’endroit maintenant! J’ai vraiment passé un bon moment avec ce livre et j’ai très envie de lire son deuxième roman : Le ciel t’aidera!

 

La Part de L’Autre 8 février 2010

La Part de l’Autre d’Éric-Emmanuel Schmitt

Et si Adolf  Hitler n’avait pas été, en 1908, recalé de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne? Cela aurait indéniablement changé sa vie… et celle du Monde…

Éric-Emmanuel Schmitt nous livre une biographie romancée d’Hitler en parallèle d’un récit unichronique d’Adolf H. (l’autre) et signe ici un roman vraiment audacieux : que se serait-il passé si Hitler avait intégré l’École  des Beaux-Arts comme il le souhaitait? Difficile pour nous, à notre époque, d’imaginer une autre histoire que celle qui s’est réellement déroulée. Pourtant la question de l’auteur est légitime. Et complexe. Comment réussir à imaginer cet Adolf H. qui réussit sa vie de peintre, qui vit à Paris, qui épouse une juive, qui n’approche jamais la politique…? Comment imaginer qu’avant d’être ce dictateur, Hitler ait pu être un homme banal, normal?

L’auteur nous démontre par cet ouvrage que chaque personne a en soi ces deux aspects de la personnalité (le Bien et le Mal), qu’il peut-être facile de tomber dans le Mal sans pour autant être monstre dès l’enfance, que tout est déterminé par les choix que feront ces personnes à un moment donné. Et ça fait froid dans le dos… Chaque décision, chaque interprétation peut tout faire basculer. Éric-Emmanuel Schmitt, philosophe de formation, nous force à réfléchir et appuie là où ça fait mal. Car en s’attaquant à Hitler, il prenait un risque. Mais il réussit un roman très bien écrit, qui nous pousse à sortir de nos retranchements pour avoir une vraie réflexion.

EES prend le parti d’écrire une biographie romancée, quoique bien documentée, sur Hitler et avance des théories sur son antisémitisme, sur la nature de sa haine. De cette manière, il le rend humain, ce qui est dérangeant. Mais c’est en faisant le choix de ce parti pris qu’il va ruer dans les brancards et remuer les consciences. C’est là toute la force de ce livre : on part d’un personnage, qui par un évènement extérieur, va prendre telle ou telle direction et mener sa vie de telle ou telle manière, tout en étant au départ une seule et même personne. L’auteur nous démontre bien que rien ne nous détermine à devenir ce que nous sommes, mais ce que c’est bien nous et nous seuls qui nous façonnons, par nos choix et les interprétations que nous faisons de nos échecs et de nos réussites.

C’est un vraiment un excellent roman que je conseille vivement. Rassurez-vous, on ne devient pas partisan nazi en lisant la partie sur Hitler, car bien au contraire Adolf H. est aussi humain et généreux qu’Hitler est froid et fou! A lire également, dans certaines éditions, le journal de l’auteur en postface dans lequel il raconte son parcours avant et pendant l’écriture de ce roman. On en apprend beaucoup et c’est intéressant.

Je voulais terminer par un extrait du livre où l’auteur s’exprime en son nom et justifie le choix de son sujet. C’est la toute dernière partie du livre, le dernier chapitre, dans lequel un enfant est emmené par ses parents au cinéma et où il découvre la Seconde Guerre Mondiale et les horreurs nazies : « Depuis ce jour […] il veut comprendre. Comprendre que le monstre n’est pas un être différent de lui, hors de l’humanité, mais un être comme lui qui prend des décisions différentes. Depuis ce jour, l’enfant a peur de lui-même, il sait qu’il cohabite avec une bête violente et sanguinaire, il souhaite la tenir toute sa vie dans sa cage. L’enfant, c’était l’auteur de ce livre. Je ne suis pas juif, je ne suis pas allemand […] mais Auschwitz, la destruction de Berlin et le feu d’Hiroshima font désormais partie de ma vie. »