Lalydo's Blog

Lalydo's life

L’Anniversaire d’Astérix et Obélix – Le Livre d’Or 31 octobre 2009

Filed under: Lecture — lalydo @ 14:49
Tags: , ,

Ça y est!!! Je l’ai lu! Et je suis déçue….. Seul point positif, il n’est pas pire que le précédent (Le Ciel lui tombe sur la tête, ou l’arrivée des extraterrestres en 50 avant JC). Mais non, je ne retrouve plus l’attrait des histoires précédentes, il manque ce petit quelques chose qui faisait que j’adorais lire les BD d’Astérix.

Dans cet album, Astérix et Obélix fêtent donc leurs 50 ans et à cette occasion, tous les personnages rencontrés lors de leurs diverses aventures viennent au village pour fêter l’évènement. Pendant que les héros du jour sont à la chasse au sanglier (bien entendu..), différents personnages tentent de trouver l’idée qui permettra de rendre un hommage digne de ce nom aux deux protagonistes, tout en faisant quelques allusions au passé.

Bien que ce qui rend attrayant la lecture d’Astérix sont les anachronismes que l’on trouve tout au long de notre lecture, comme les péages des chars à boeufs, les congés payés, une allusion au Parc Astérix…, j’ai trouvé que certains passages étaient vraiment trop en décalage, comme lorsque l’un des personnages les imagine jouer leurs rôles sur scène et que l’on voit des fauteuils de plateaux de cinéma. L’anachronisme oui mais point trop n’en faut! Il faut rester dans quelque chose de réel par rapport à l’époque où l’action se situe.

Uderzo rend hommage au fil des pages à différents peintres, auteurs de bandes dessinées (dont Franquin) et signe un bel adieu à tous les personnages qu’il a créé dans Pilote, il ya 50 ans. Mais il n’y a vraiment plus le génie de l’écriture de Goscinny, la cassure  se ressent bien d’ailleurs à la disparition de l’auteur. Depuis Uderzo dessine, scénarise mais, malgré quelques bons albums, ne nous emporte plus dans les aventures du petit gaulois comme lors des tous premiers albums.

Espérons que le rachat des Editions Albert René par Hachette et l’arrivée des successeurs, redonnent un nouveau souffle à Astérix et que l’on retrouve les aventures que l’on a tant aimé.

A lire : un article du Figaro « Les 50 secrets d’Astérix« , dans lequel nous est révélé plein de petites anecdotes sur la création et la conception des albums.

astérix

 

Joyeux Anniversaire!!!

Filed under: anniversaire — lalydo @ 09:13
Tags:

Et oui, encore un! Le dernier pour le mois d’octobre et pas des moindres, celui de mon PAPA!
BON ANNIVERSAIRE MON PETIT PAPA!!!
Profites bien de ton dernier weekend au Crotoy, je te fais plein de gros gros bisous, je t’aime très fort!

 

Machine à coudre Singer 30 octobre 2009

Filed under: Cadeaux — lalydo @ 14:24
Tags: , , ,

Depuis le temps qu’elle en rêvait… et bien nous l’avons fait!!!

Voici le cadeau d’anniversaire de ma Maman. Pour l’instant, il est encore à la maison, mais il va rapidement prendre la direction de sa nouvelle demeure!

P1000952P1000953P1000957

 

Joyeux Anniversaire Jules!

Filed under: anniversaire — lalydo @ 09:18
Tags:

Nous envoyons une tonne de gros bisous à notre Isérois d’adoption, qui fête aujourd’hui ses 7 ans. Nous pensons bien fort à vous 4 : loin des yeux mais pas loin du coeur!

Énormes bisous au Roi de la journée ainsi qu’à toute la famille! Vous nous manquez beaucoup…

 

Burn After Reading 22 octobre 2009

Filed under: Cinéma — lalydo @ 11:58
Tags: , ,

Et oui, pour l’instant nous nous tenons à ce que nous avons dit et nous avons de nouveau regardé un film.

Burn After Reading

L’histoire : Osbourne Cox (John Malkovich) est un agent de la CIA qui se voit être changé de poste suite à des problèmes de boisson. Vexé, il annonce à sa femme (Tilda Swinton)  qu’il a démissionné et qu’il va écrire ses mémoires. Cette dernière, sur conseil de son avocat, fouille dans les comptes bancaires de son mari avant de demander le divorce, afin que lorsque ce moment sera venu, il ne puisse pas lui cacher de l’argent. Elle veut divorcer pour vivre pleinement sa relation avec Harry (George Clooney), un homme marié, qui lui même entretient une relation avec Linda (Frances McDormand), qu’il a rencontré sur un site de rencontres. Celle-ci travaille dans une salle de gym et ne pense qu’à une chose : ses opérations de chirurgies esthétiques. Pour cela, il lui faut une forte somme d’argent qu’elle croit pouvoir gagner facilement lorsque Chad (Brad Pitt), son collègue met la main sur un CD avec des informations cryptées, sur lequel apparait le nom de Cox. Ils tentent de revendre ces éléments aux russes. Ce CD, les mémoires d’Osbourne, est volé par sa femme qui pensait faire la main basse sur les économies de son mari! S’ensuivent un tas de quiproquos et de situations burlesques.

C’est le treizième film de Joel et Ethan Coen, juste après l’oscarisé No Country For Old Men. Comme souvent dans leurs films, ils signent ici un film qui mêle le tragique et le comique. Nous nous retrouvons face à des crétins, gentils, mais qui sont pleinement égoîstes et qui agissent en ne pensant qu’à eux, d’où les catastrophes qui s’ensuivent.

Je ne peux pas dire ici ( bien que je n’ai pas tout vu d’eux et encore moins No Country…) que ce film restera dans les annales. Il est très long à ce mettre en route (au moins la moitié du film) et du coup, on a un peu de mal à accrocher. Il vrai que pour mettre l’action en place, le film est obligé de nous présenter tous les personnages et les liens qui les lient. Car, en effet, d’une manière ou d’une autre, ils sont tous liés par un autre personnage, un lieu, un objet… De plus, on ne s’attache pas aux personnages malgré leur bêtise et leur arrogance. Les situations données sont cocasses entre la froideur et l’expérience de la CIA, qui n’hésite pas à faire disparaître des corps , et la chaleur et la bêtise des employés du club de gym, qui se lancent dans de l’espionnage de pacotille. Certaines scènes sont très drôles et très bien menées (surtout!) par des acteurs qui signent de magnifiques performances. Ils sont très bien dirigés et campent bien leurs personnages, notamment George Clooney (en parfait abruti qui entretient plusieurs relations mais qui s’effronde quand sa femme veut le quitter), Brad Pitt (en niais accro du sport qui se prend pour un super héros) et Frances McDormand (en femme un peu écervelée qui ne voit que par sa chirurgie esthétique pour refaire sa vie). Ils sont drôles, on rit de leurs niaiserie et on croit en leurs personnages. C’est vraiment pour eux qu’il faut voir le film!

burnafterreading_8Burn After Reading

Année de production : 2008

Pays de production : Etats-Unis

Réalisateurs : Joel et Ethan Coen

Acteurs : John Malkovich (Osbourne Cox) – Tilda Swinton (Katie Cox) – George Clooney (Harry Pfaffer) – Brad Pitt (Chad Feldheimer) – Frances McDormand ( Linda Litzske)

 

Garfield 21 octobre 2009

Filed under: Lecture — lalydo @ 11:49
Tags: , ,

Après plusieurs mois passés sans le lire, j’ai retrouvé :

Garfield-logo

garfield+and+pookieCe qu’il faut savoir, c’est que je suis une fan de Garfield, et avant, grâce au travail de ma Maman, je pouvais les avoir à la sortie et je les avais (presque) tous! Mais maintenant quand je vois le prix d’un album…. Mais grâce à Cultura, j’ai pû en racheter 2 qui me manquaient, pour seulement le prix d’un seul…coooooooooooooooool!!!!

Quel plaisir de retrouver ce gros chat paresseux, gourmand, égoîste, cynique… que personne ne souhaiterait avoir mais que tout le monde adore!

Créé par Jim Davis, ce chat fait son apparition en 1978 aux Etats-Unis et est aujourd’hui une des bandes dessinées les plus publiées au monde.

Garfield est l’histoire d’un chat qui est passé maître dans l’art de manger, de dormir et de martyriser les autres. Il est accompagné dans ses albums par Jon son maître, un asocial qui loupe tout ce qu’il entreprend, Odie le chien, caractérisé par une bêtise sans nom qui si l’on en croit Garfield est une caractéristique de la race canine, Pookie l’ours en peluche de Garfield, le seul avec qui il est gentil, Nermal le chaton le plus mignon du monde, qui vient régulièrement rappeler à notre héros son âge très avancé et Arlène sa fiançée, une chatte qui lui trouve tous les défauts.

Garfield s’exprime par des bulles de pensées et a une vision assez désabusée du monde. Ce qui le motive c’est d’aller dormir et de manger des tonnes de lasagnes ou de pizzas qu’il commande lui-même. Il déteste le lundi et l’effort. Tout un programme! Il existe aujourd’hui 48 tomes des aventures de ce chat que je vous conseille vivement de découvrir! Vous ne verrez plus les chats de la même manière..!

Voici les couvertures (anciennes car sur les 2 albums achetés, ils ont refaits les dessins qui ne correspondent plus du tout aux originaux) et un extrait des dernières bandes dessinées de Garfield que j’ai lu : T9 La Bonne Vie et T11 Ah! Le Farniente.

la bonne vieah le farniente

ext la bonne vie

 

Une seconde avant Noël 18 octobre 2009

Filed under: Lecture — lalydo @ 10:52
Tags: , ,

Après les critiques de films, je me lance dans l’exercice tout aussi périlleux des critiques de livres! Oui, je ne cherche pas la facilité et le repos intellectuel….

noel

Une seconde avant Noël de Romain Sardou

En 1851, à Cokecuttle, une ville industrielle anglaise, un petit orphelin, Harold Gui, tente de survivre en devenant ramoneur. Avec son ami Le Falou, qui lui conte les histoires les plus extraordinaires, il vit sous un pont et apprend la lecture et l’écriture au contact de son ami. Il échoue dans les épreuves qui peuvent lui permettre de devenir ramoneur.. mais qu’importe! car ce petit garçon de 9 ans est promis à un avenir bien plus merveilleux. Par décision d’une fée et guidé par un génie, il va faire des rencontres qui vont bousculer le cours de son existence et qui vont le faire devenir le personnage le plus célèbre au monde : Le Père Noël!

C’est le troisième livre de Romain Sardou (oui, oui le fils de..), qui signe ici un merveilleux conte sur la magie de Noël. Peuplé de lutins, rennes volants, génies et autres fées, l’univers décrit par l’auteur pose les bases de l’imaginaire dans lequel l’auteur va nous entrainer. Pourtant, à priori, rien ne laisse penser que ce gamin des rues, qui vit dans la misère et qui est malmené par la vie, va croire un seul instant à l’existence d’êtres féeriques. Et pourtant, c’est sans compter sur son ami Le Falou, ce monsieur qui prend Harold sous son aile et qui lui conte les histoires les plus extraordinaires. Comme lui, dès les premières apparitions des lutins, on se laisse prendre au jeu et on se met à croire à ses petits êtres aux pouvoirs fabuleux.

Romain Sardou nous livre une tendre et merveilleuse histoire sur ce qui pourraient être les débuts du Père Noël : un gamin qui toute sa vie  a rêvé de jouets et qui, par la possibilité qui lui est offerte, va rendre des millions d’enfants heureux. Et après tout, n’aurait-il pas raison? L’esprit de Noël, ne serait-il pas l’oeuvre d’un enfant? Car qui mieux qu’un enfant peut rêver de magie et savoir ce qui peut émerveiller un autre enfant?  Ce livre ne peut que réveiller l’enfant qui sommeille en nous, on croit à cette version des débuts du gros bonhomme en rouge, on croit aux rennes volants, aux lutins qui fabriquent les jouets, on ne peut que fondre  devant tant de féerie.

L’auteur en plaçant son action dans le contexte de la révolution industrielle, dans un monde régit par les adultes et qui ne laisse plus de place aux enfants (à part si c’est pour travailler), choisit le bon moment pour refaire jaillir le merveilleux dans un monde qui paraît sans espoir. Tout dans ce livre est un appel à la bonne humeur, à l’espoir, à la magie…Même les plus réfractaires aux contes devraient se laisser séduire par ce livre. Car l’histoire est loin d’être niaise et mielleuse, tout est fondé sur des faits qui pourraient être réels.

Malgré quelques petits points négatifs ( mais alors, tous petits petits…), comme l’intervention de l’auteur dans l’histoire qui m’a profondément déplu, ce livre séduira les petits comme les plus grands et donnera aux plus réfractaires d’entre nous, envie de croire ou recroire au Père Noël.